top of page

Tu as le droit de pleurer


Pendant longtemps, notre société a déclaré aux jeunes garçons que pleurer c’était être une fillette, qu’un gars, ça ne pleure pas. Chez les filles, c’était plus acceptable, mais dès qu’on se met à pleurer, on est tout de suite traitées d’émotives. À quel moment on s’est dit que c’était interdit de vivre ses émotions ? Que c’était problématique de verser des larmes ? Pourtant, c’est naturel. Qu’on soit triste ou heureux, il n’y a rien de mal à se laisser aller. Même devant un film ou en lisant un livre.

Être émotif, ça veut dire que tu te donnes le droit, tu te permets de vivre tes émotions. Tu extériorises ce qui te gruge à l’intérieur. Est-ce vraiment mieux de tout retenir dans la crainte du jugement d’autrui ? Je ne pense pas que se cacher va aider la peine qu’on peut ressentir. C’est ça, être humain.


Pleures-tu ? Tu as le droit. Moi, je pleure, régulièrement. Quand un livre me touche, quand un animal meurt dans un film ou quand la fin est triste… ou simplement quand je vis un bouleversement d’émotion. Quand mon cœur se serre, quand j’aimerais crier à la terre entière que je ne vais pas bien, les larmes se déversent. J’essaie de les retenir, car on m’a souvent dit que ça rendait les autres mal à l’aise. Mais qu’est-ce que j’en ai à faire des autres si je suis triste ?


Je ne sais pas pour toi, mais j’aimerais vivre ma tristesse en paix. En paix avec moi-même surtout. Je veux sentir les larmes sur mes joues, car elles rendent mes émotions valides, réelles. Ce n’est pas que dans ma tête. On a tous de la peine un jour ou l’autre, peu importe la raison. Il faut les vivre, ces émotions, sinon elles finiront par nous gruger de l’intérieur et ça va être pire ensuite. L’anxiété va augmenter, la dépression guetter l’entrée et la colère et le ressentiment gagneront du terrain. Tu as le droit de pleurer, de crier, d’être en colère, d’être anxieux, d’être heureux, d’être excité, d’être confus. Nos émotions, c’est ce qui fait de nous des êtres humains.


Tu as le droit de pleurer. Pleure. Lâche-toi lousse. Tu le sens peut-être dans ta poitrine, elle a envie de sortir, cette peine. Peut-être tu t’es trop retenu et ça ne veut pas s'échapper. Dans ces cas-là, quand je suis triste et que j’éprouve le besoin de pleurer, mais que j’en suis incapable, je vais sur internet regarder des vidéos précises. Des retrouvailles familiales, des gens qui redonnent foi à l’humanité, des choses qui font


du bien, qui m’émeut. C’est un double exercice, car ça me permet de laisser les larmes couler à flots tout en me faisait du bien. On a souvent besoin de positif dans ces moments-là.


Mais c’est correct aussi de laisser la peine t’envahir. Parfois, on en a besoin. On a besoin de traverser cette épreuve, cette tristesse pour se remettre en question, pour aller mieux. C’est en acceptant nos émotions qu’on arrive à les contrôler, ce qui, on va se le dire, n'est pas facile du tout.


Alors, pleure si tu en as envie. Pleure si tu en as besoin. Ne laisse jamais quelqu’un te dire que tu n’as pas le droit.




- Jessica Di Salvio


Comments


bottom of page