top of page

Les symptômes physiques de l'anxiété

Saviez-vous que le trouble d’anxiété généralisé, ça vient avec des symptômes physiques? Et bien oui! Déjà que ça t'envahit la tête, le cœur et l’esprit, il faut en plus que tu en souffres physiquement. Un beau jackpot! Je vais vous faire part de mes symptômes à moi. Il y en a assurément d’autres, n'hésitez pas à me les partager.


J’ai des maux de têtes, allant jusqu’à la migraine. Des fois, j’ai l’impression que mon crâne va fendre en deux. Je consomme donc des anti-inflammatoires et des analgésiques à tous les jours en plus de mes médicaments prescrits pour mon TAG.  



J’ai des douleurs dans le cou et les trapèzes. Le cou me coince et je peux être raide pendant une semaine complète. J’ai les mains qui tremblent constamment. Des fois, ça tremble tellement que j’ai du mal à faire de simples tâches comme tenir un ustensile sans renverser son contenu.


J’ai des sueurs excessives et des étourdissements. J’ai l’air d’être en ménopause depuis des années, mais c’est l’anxiété qui me donne des sueurs. Je peux être en train de travailler à l’ordinateur et tout d’un coup, l’anxiété embarque et je suis toute en sueur. Il y a des moments où je dois carrément me changer parce que je pourrais tordre mes vêtements. Pour les étourdissements, je dois faire attention quand je me penche et me relève, quand je tourne la tête trop vite. Je dois vraiment prendre appui pour ne pas tomber.


J’ai très peu de mémoire à court terme. J'oublie tout dans les secondes qui suivent. Je dois tout noter sinon l’information est partie loin, loin, loin. Il y a des jours où ça me fait peur. J’ai peur de commencer à faire de l'Alzheimer précoce.  Je perds aussi mes mots. Plus je suis anxieuse et plus je cherche mes mots. C’est comme si tout se bouscule dans ma tête et que les mots s'entremêlent.  Je sais ce que je veux dire, mais le mot ne vient pas. C’est tellement frustrant. 


Je fais aussi de l’insomnie. Je suis rendue incapable de dormir sans somnifères. Je ne peux même plus faire des siestes, moi qui étais une grande amatrice de sieste, c’est terminé. En crise, on ajoute les larmes, les difficultés à respirer et la sensation que ton cœur va lâcher tant il bat vite.


C’est tellement plaisant!



Virginie


Comments


bottom of page