top of page

Suivi psychologique : Être stable dans son mal-être


J'ai fait le premier pas il y a 2 ans.


Il y a 2 ans, j'ai décidé de prendre soin de moi, de ma santé mentale. J'ai débuté de nouvelles thérapies, entrepris de nombreuses démarches de bien-être, consulté plus régulièrement mon médecin. Il y a 2 ans, j'ai décidé d'arrêter de craindre mon ombre sur le plancher et me prendre en main.


Pourtant, ma dépression ne semble jamais vraiment me quitter. Mon anxiété ne fait qu'augmenter. Les crises de paniques se multiplient plus vite que le nombre de virus que mes enfants me rapportent de l'école. J'entends toujours des voix et j'hallucine toujours des insectes qui se promènent sur mon corps (Trouble Schizo-Affectif). Je paranoïe à l'idée de me faire défoncer la porte de mon appartement quand je dors, ce qui me rend hypervigilante et m'empêche d'avoir une bonne nuit de sommeil. Bref, ma tête tourne à vitesse grand V. Soit je panique pour rien, soit je panique à propos de tout. Je n'ai pas de juste milieu.


Et que disent mes intervenants (psychiatre, médecin, psychologue) ? «Vous êtes stable depuis plus de 6 ans, France. Rien ne sert de changer ta médication.»


Pourquoi alors ai-je l'impression de m'enliser dans un trou de plus en plus profond, sans jamais arriver à m'en sortir ? Je parle, pourtant. Je me confie en thérapie, j'ai des amis et un amoureux à mon écoute. Mais dans le quotidien, je bloque. Tout me terrorise, je n'arrive pas à faire la moindre petite chose. Ça peut sembler anodin, mais juste prendre ma douche, c'est super complexe pour moi. Ça me demande une énergie folle de tout mettre en branle pour me laver. Je dois sincèrement me forcer à le faire plus souvent qu'actuellement.


Est-ce que j'exagère ? Non. Malheureusement, non. J'aimerais exagérer, être une menteuse qui ne cherche que de l'attention, mais ma vie étant ce qu'elle est, je te dis la pure vérité. On compare souvent ma vie à un télé-novella. Mon ancien superviseur surnommait ma vie : «Le drama queen show». Heureusement, il voyait bien que j'essayais de toutes les façons possibles de me tenir la tête hors de l'eau, de rester forte, mais que la vie n'était pas toujours douce avec moi. Je me sens brisée. J'essaie de me reconstruire pour être plus adéquate dans mes différents rôles, mais j'ai de la misère. J'ai l'impression de ne pas voir le bout de tout ça.


Pour être stable, je suis stable. Mais est-ce vraiment l'état que je souhaite, que je ME souhaite ? Non, pas du tout. Je suis stable dans mon mal-être.


Sur ce, bonne soirée !  

France P. 

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page