top of page

Profil atypique: je ne suis pas «normale»


Quand on avance au secondaire, de multiples questions te sont posés: as-tu un petit ami ?Tu iras étudier dans quoi ? Je pouvais cocher oui au petit ami…mais pour les études, ça n’a pas été aussi simple. Mon rêve, au fond de moi, je le savais. Mais j’avais écouté les autres en me disant qu’ils avaient raison: ce sera trop difficile et ce n’est pas habituel comme métier. J’avoue que j’aurais bien aimé prendre un petit sac de métiers traditionnels et celui que j'aurais pigé aurait été le mien toute ma vie. Voilà, simple comme ça. J'aurais pu être comme les autres qui savent depuis si longtemps ce qu’ils feront plus tard. Je sentais que je devais m’empresser d’aller cocher tout de suite cette case du «chemin traditionnel de la vie».


Et non, ça ne fonctionne pas ainsi. J’ai un esprit curieux qui aime plusieurs choses, mais j’avais du mal à définir s'il s'agissait d'une passion, d'un passe-temps ou si tel intérêt pouvait se transformer en un parcours vers le marché du travail. J’ai choisi un programme qui m’intéressait, mais je ne me sentais pas prête en dedans. Au fil du temps, j’ai voulu faire autre chose. Les critiques et les jugements sont arrivés: «je ne sais pas ce que je veux», «je perds du temps», «je ne finis pas ce que je commence». Ouin, merci de me rappeler tout ça ! C’était déjà suffisamment anxiogène pour moi de me «tromper»…


Alors, j’ai été encore plus insécure de commencer un nouveau cours dans un domaine complètement différent. Ce choix aussi fût critiqué: «c’est juste un an», «ce cours ne vaut rien», «c’est incertain, il y en a trop». J’ai voulu faire taire les autres: j’ai terminé mon cours, car je ne voulais pas être vue comme une lâcheuse si j'abandonnais avant l'obtention de mon diplôme. Encore une fois, mon inscription était faite pour un autre domaine 6 mois plus tard. En dedans de moi, j’avais honte, mais ce n’est pas ce que j’ai laissé paraître. J’avais l’air en contrôle, mais en réalité le hamster n’arrêtait pas de tourner: je ne dois pas montrer mon insécurité…mais je fais quoi si je me trompe encore ? Et si les autres avaient raison ? Sommes-nous voués à l’échec si on ne sait pas rapidement ce que l'on veut exercer comme métier?


Tu trouves ça peut-être intense, mais sous l’apparence en contrôle d’une personne peut se cacher tellement de choses! La période de l’adolescence est déjà suffisamment un grand défi, pouvons-nous enlever un peu de pression pour suivre le cours dit «normal» de la vie? Notre entourage veut le mieux pour nous, c’est normal. Mais peut-on juste respecter le rythme de chacun? Est-ce qu’on peut se permettre de rêver en dehors du moule traditionnel? Sommes-nous obligés de marcher dans les mêmes traces que tout le monde? Pouvons-nous faire nos propres expériences en jugeant la situation par nous-mêmes?


Il y a tant à voir et à apprendre de la vie ! Avoir un profil atypique et ne pas avoir le même rythme que les autres peut causer de l’anxiété, de l’anxiété de performance, une estime de soi faible, un manque de confiance…mais aussi de la dépression et plus encore. Et ça touche les humains de plus en plus jeunes. La vie va déjà suffisamment vite, est-ce qu’on peut juste se poser un tout p’tit peu ?


Aujourd’hui, j’ai fait (encore) un retour aux études, et je suis retournée à mon premier rêve de carrière. Le parcours pour s'y rendre est différent...mais encore mieux ! Ça m’a tout de même effleurée un peu l’esprit d’être en retard ou de me tromper à nouveau. Quelques personnes dans mon entourage m'ont dit d’attendre avant de faire un changement de carrière, de rester dans le connu, car je suis trop sensible pour faire ce métier. Mais cette fois-ci, je suis aux études pour un emploi qui me fait vibrer en dedans. Et mon bagage antérieur fait seulement de moi une personne qui fait son chemin à sa façon, et non pas de façon traditionnelle. J’ai cogné à pleins de portes fermées. Mais la bonne s'est enfin ouverte, et j’ai pu aller chercher de l’aide pour mettre des outils dans mon coffre afin d'affronter les moments de doute.


C’est ma route, ma vie et je m’épanouis plus que jamais !



Mérédith


Σχόλια


bottom of page