top of page

Ma santé mentale : Mes ombres et Moi


J’ai commencé à réellement guérir lorsque j’ai regardé à l’intérieur de moi et que j’ai appris à reconnaître ces parties de moi qui étaient déclenchées par le monde extérieur. Ces petites ombres qui ont tendance à m’englober dans leur noirceur lorsque tout semble s’écrouler dans ma vie.


Ces ombres ne sont pas mal intentionnées la plupart du temps. Elles veulent simplement me protéger afin que les expériences que j’ai vécues ne se reproduisent plus. Elles enfouissent des souvenirs aussi agréables que désagréables, elles mettent en sourdine les émotions qui se bousculent dans mon corps et elles me déconnectent du reste du monde lorsque je vis des situations qui me créent du stress. Malheureusement, elles peuvent parfois être trop protectrices et m'empêcher d'expérimenter et de vivre pleinement ma vie.


Lorsque nous sommes trop longtemps dans la pénombre, inévitablement la lumière fait mal aux yeux. Nous avons donc tendance à rester dans le confort de la noirceur et à ruminer cette idée que nous ne pourrons jamais nous en sortir. Et c’est exactement pour ça que j’ai commencé à me tourner vers l’introspection : je devais apprendre à connaître ces parties ombragées de moi afin de travailler avec elles et non contre elles.


Elles sont une partie de moi. Elles le seront très probablement toujours. Je devais donc apprendre à connaître les émotions et les expériences vécues qui ont formé chacune d’entre elles. Un peu comme nous réapprenons à connaître de vieux amis.


Guérir fait mal. C'est plusieurs prises de conscience auxquelles je dois faire face. C’est douloureux d’ouvrir des plaies que je croyais fermées à jamais. C’est douloureux de provoquer des parties de moi qui sont constamment en mode fight or flight. Ça demande beaucoup d’énergie et de remise en question. Ça demande de brûler les ponts avec certaines personnes ou situations qui nourrissent davantage mes ombres et qui ne m'apportent aucune lumière.


Je suis sortie en pleurant de thérapie plus d'une fois.


Mais apprendre à vivre avec des diagnostics en santé mentale débute par l'acceptation que certains d'entre eux seront là à vie tandis que d'autres vont s'atténuer avec le temps.


C'est d'accepter que ces parties ombragées ont manqué de sécurité, d'amour et de douceur de la part du monde extérieur.


Et c'est probablement pour ça que guérir fait aussi mal.


Loud.

Comments


bottom of page