top of page

Coupable d'avoir transmis mes gènes de santé mentale fragile !

Aujourd’hui est une journée réflexion. Ma thérapeute m'a demandé: tes enfants, France, est-ce qu’ils sont résilients? Est-ce que tes enfants ont la chance de savoir se débrouiller sans aide?  

 

La réponse très honnête? Non.  

La réponse que j’aimerais me dire? Je ne sais pas !  

 

Je sais juste une chose: JAMAIS mes enfants ne pourront dire que je ne suis pas à leur écoute! Si je veux que mes enfants retiennent quelque chose de ma vie, de mon expérience, de ce que je suis, c’est ceci: Au moins maman comprend! Maman sera toujours là!  



Et pourtant, je me remets constamment en doute dans mon rôle de mère. Comment puis-je me sentir une bonne mère quand je perds patience devant leur manque d'aide ? Quand je pleure en silence devant mon impression d'avoir échoué dans leur éducation ? Quand je hurle de douleur intérieur face à ce sentiment de les avoir brisés et d'être responsable de tout ce qu'il leur arrive dans la vie ?


J'ai l'impression d'avoir échappé quelque chose, quelque part. Ma fille croule sous l'anxiété alors qu'elle n'a même pas 14 ans. Parfois, elle semble si anxieuse que j'ai peur que son cœur explose. Et mon mini-man de bientôt 11 ans a un TDAH si envahissant que nous craignons qu'il n'y ait pas de l'autisme qui se cache derrière tout ça également. Certains traits sont tellement similaires que tout se bouscule dans nos têtes.


Il m'arrive, à l'occasion, en regardant le temps qui passe et qui n'arrange rien, de me dire que je n'aurais pas dû avoir d'enfants. Puis, ma fille me regarde avec ses superbes yeux verts et me dit qu'elle m'aime. Je me mets alors à pleurer, car l'amour qu'ils me portent et que je leur porte est sacré. Si vraiment, je leur ai transmis mes petits bobos, et bien tant pis! On s'en sortira en famille, c'est tout!


D'ailleurs, une petite tradition que nous avons instaurée, mes enfants et moi, est de simplement aller s'asseoir sur mon lit une fois de temps en temps et de parler chacun à tour de rôle de ce qui nous tracasse, de ce qui nous rend anxieux ou bien de ce qui nous chicote. Ces petits moments semblent leur faire un bien fou, même si de mon côté, ça m'attriste tellement de constater tous les défis qu'ils rencontrent, mes p'tits choux.

 

Finalement, je peux vous assurer, mes amours, que je JAMAIS, au grand JAMAIS, je ne vais regretter de vous avoir eu. Vous êtes ma vie, je vous aime d'un amour infini.


Par contre, je vais maudire la génétique jusqu'à ma mort!

 

Bonne journée,  

France P.  

コメント


bottom of page