top of page

Cher village, j'aimerais tant te rendre la pareille !

Village, toi mon doux village d’amour, je t’aime!

Je ne sais pas si tu le sais, mais je suis mère monoparentale, avec comme diagnostics : Un TDAH (non contrôlé), un trouble schizo affectif, une dépression majeure, un burn-out professionnel/parental/personnel (ahh ça explique mes 34hrs de sommeil de suite du weekend dernier ça!) et un trouble d'anxiété généralisée. En gros, j’ai un beau «melting pot» de souffrance à gérer ! Je suis contrôlée par médication et j'ai un suivi psychologique, mais quand même, c’est beaucoup pour mes petites épaules. D’où le pourquoi, j’aime mon village (T'sais celui qu'on se crée, celui qui nous soulève en temps difficile).

J’ai un village du tonnerre! Côté familial, j'ai une maman qui se porte volontaire plus souvent qu'à son tour et un beau-père qui partage mes colères avec moi (il est drôle quand ces veines «popent» de sa face) ! Les marraines de mes cocos sont là pour eux et j’ai de l'aide pour mon entreprise.

En amitié, je suis bien gâtée aussi. J’ai des ami(e)s du tonnerre. Sérieusement, je ne sais pas où j’en serais cette année sans eux. Ces gens merveilleux sautent dans leur auto et bravent le trafic de Montréal pour venir me voir sur une base régulière. Tandis que moi, je suis enfermée dans mon appartement, incapable ou presque de sortir. Ces ami(e)s, que j’appelle fièrement mon troupeau d’amour, sont prêts à tout pour m’aider avec mes enfants.



Parfois, j’ai honte de ne pas être capable de rendre l’ascenseur. J’ai honte d’être aussi prise dans ma tête et mes émotions que je gère si mal. J’aimerais tant pouvoir leur rendre au centuple tous les bienfaits qu’ils me font, mais je ne suis pas assez stable mentalement pour ça. Du moins pour le moment. Je travaille très fort sur moi pour pouvoir redonner autour de moi tout ce qu’on me donne. Je dois juste me laisser du temps... mais pas trop non plus! Je ne veux pas être un boulet encore longtemps. Je veux être une humaine fonctionnelle et une maman capable de s’occuper de ses enfants.


Je me souviens dans le temps (je ne suis pas siii vieille ok? Mais bon, j’ai le droit de dire ça!), j’organisais un Noël des éclopés à chaque année. Un gros «potluck» entre Noël et le jour de l’An pour remercier mes ami(e)s de leur soutien si merveilleux dans l’année. Puis est arrivée la pandémie et j’ai dû arrêter de le faire. Je crois que je vais recommencer cette année pour remercier mon super village d’amour! Ce sera déjà ça!


Bonne journée.

France P.

48 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page