top of page

Sortir de son corps pour se protéger

Des fois, pour se protéger, mon cerveau pèse sur pause et se met en mode dissociation. C'est super étrange à vivre et vraiment difficile à expliquer. C'est comme si je sortais de mon corps et que j'étais spectatrice de ma vie.


Ok, je t'arrête tout de suite, je ne flotte pas au-dessus de mon corps, on n'est pas dans un trip spirituel. Je ne suis pas en transe, aucune drogue n'est impliquée. C'est un mécanisme de survie imposé par le cerveau pour supporter des situations trop stressantes qui peuvent rappeler des traumatismes du passé. C'est plus souvent qu'autrement relié à de la maltraitance affective et de la négligence subies durant l'enfance.



Comment ça se vit au quotidien? Premièrement, ça ne m'arrive pas trop souvent. Je sais que certaines personnes peuvent vivre ça sur des périodes plus prolongées et j'espère qu'ils ont l'aide et le support pour traverser tout ça. La psychothérapie est le meilleur moyen d'aider les personnes vivant avec un trouble de dissociation. Quand ça m'arrive, le plus souvent, c'est quelques minutes/heures... Et habituellement, je ne peux même pas te dire quel est LE stress, l'anxiogène qui met mon cerveau à off. Ça peut être aussi banal qu'une scène de violence à la télévision, quelqu'un qui crie des injures, lire un article sur un enfant maltraité... Au lieu de vivre un «flashback», mon cerveau se déconnecte de mon corps. Je réalise tout d'un coup que je suis là physiquement, mais je ne ressens pas les choses comme d'habitude. Je vis à retardement et beaucoup moins intensément. Exemple; je me gratte la jambe. Je vois ma main, mes doigts, mes ongles gratter ma jambe, mais c'est à peine si je ressens la démangeaison et le soulagement apporté pas le geste. Un peu comme si j'avais gratté la jambe de quelqu'un d'autre. Je me brosse les cheveux devant le miroir, je me vois, mais je ne ressens pas la brosse dans mes cheveux. Je ressens un peu mes cheveux tirer, mais après que la brosse soit passée. Le peu de sensations tactiles que j'ai arrivent après à peines quelques microsecondes... un peu comme un mauvais doublage. Bizarre, tu dis?! Imagine quand c'est toi qui le vis!


Ce que je trouve le plus troublant, c'est que c'est le stress/l'anxiété qui me met dans un tel état, mais le fait de se sentir spectatrice de mon corps me cause de l'anxiété! Il a donc fallu que j'accepte que c'est mon cerveau qui me met dans cet état pour ME protéger. Je dois laisser passer le moment, tenter du mieux que je peux de ne pas focusser sur le stress que ça m'apporte pour que mon cerveau me «ramène» à bon port. Si je suis seule chez moi, je peux tenter de faire de la méditation, ça aide à se recentrer dans son corps, mais malheureusement pour moi, j'ai énormément de difficulté à méditer. Je continue de le faire quand même en me disant qu'un jour, je vais y arriver. Il faut juste que je contrôle un peu mieux mon déficit d'attention qui rend la méditation laborieuse.


As-tu déjà été en mode dissociation? T'es-tu déjà senti spectateur/trice de ton corps? Le vis-tu occasionnellement ou ton cerveau t'as protégé une fois, lors d'un accident ou d'un traumatisme?

Je suis curieuse d'en apprendre sur tes expériences à toi.


Virginie

Comentários


bottom of page