top of page

Quand la vie te fais une jambette

Les feuilles tombent des arbres et bientôt la neige recouvrera nos sols. L'année tire à sa fin. Quelle année! 2023 tu m'auras mise au défi, tu as même réussi à me faire tomber. Je pensais avoir touché le fond en 2020 quand ma grand-maman nous a quitté sans que je puisse lui tenir la main (un grand merci sarcastique à la COVID). Et bien non, 2020 avait seulement ouvert la trappe vers le fond du sous-sol de ma santé mentale. Un sous-sol humide, sans lumière et sans chauffage. Un sous-sol qui fait peur et qui te donne envie de remonter les marches en courant. Sauf que moi, dans mes marches, il y avait...et il y a encore plusieurs obstacles à contourner.



Du haut de mon podium de super maman, super employée, super amie, celle qui donne tout sans compter, que ce soit son temps, son énergie, son amour, son dévouement, sa santé, j'ai glissé vers le bas. En déboulant du haut de ce podium, j'y ai perdu des plumes qui ne repousseront jamais. J'ai perdu l'envie de me perdre dans mon métier sans tenir compte de mes limites. J'ai perdu l'envie d'être la mère parfaite qui gère tout sans faire d'erreurs. J'ai perdu des gens en qui j'avais confiance, des gens qui ont préféré se tenir loin de moi quand je tentais de me relever. Ça fait mal ça, perdre des amis. C'est un deuil que je n'ai toujours pas réussi à surmonter. Je dois d'abord m'occuper de ma santé en continuant cette thérapie qui me fait vivre des montagnes russes d'émotions. C'est dur de ressasser le passé, de raconter des bribes de ta vie que tu gardais bien enfouies. En même temps, ça enlève un poids immense sur les épaules quand tu comprends d'où te vient ton anxiété, ton obsession pour le contrôle, ta rigidité. Des traumas, ça marque le cœur et l'esprit pour la vie. Ça laisse des blessures qui ne cicatrisent jamais totalement. Au moindre petit coup de vent, la plaie peut se rouvrir sans que tu l'aies vu venir.


J'aurai mis plus de la moitié de l'année à me relever, à réapprendre à respirer sans craindre d'étouffer, à me faire confiance, à m'accepter tel que je suis, à m'aimer. C'est loin d'être fini. 2024, j'espère que tu me permettras de continuer sur cette lancée. Je ne pense pas que je pourrais me relever encore une fois. Pas après être remontée d'aussi bas. Accorde-moi une petite pause, quatre saisons sans tornades dans le cœur et la tête qui me forceraient à me mettre à l'abri dans ce sous-sol qui me terrifie.



Virginie


Comments


bottom of page