top of page

TDAH : Je paralyse


Imagine avoir un bourdonnement qui résonne à l'intérieur de ta tête du matin jusqu'au soir. Tu ne sais pas d'où il vient et tu ne peux pas le faire taire. À un point tel qu'il te garde réveiller certaines nuits.


Tu tentes de passer au travers de la vie, une journée à la fois. Tu concentres toute ton énergie pour ne pas te perdre dans la cacophonie de tes pensées.


Sauf que par moments, tu succombes.


Ce vrombissement te fait perdre la carte. Tu ne t'entends plus réfléchir. Tu ne sais plus ce que tu fais ou ce que tu dois faire. Tu ne sais plus où aller ni comment parler.


La seule chose que tu es en mesure de faire est de respirer en contemplant le vide. En priant que l'écho cesse un jour pour que tu puisses te remettre à fonctionner.


Tu sais que tu as des tâches à faire pour mener à bien ta journée. Tu sais que tu dois boire et que tu dois manger. Tu sais que tu dois mettre ton corps en mouvement, mais c'est impossible. Tu n'as plus d'énergie, tu n'as plus de force malgré toute ta volonté.


Tu restes là, paralysé. Tu cries dans ta tête encore et encore que tu dois te lever. Tu as l'impression que ton cerveau tombe en mode veille sans même te laisser une chance. Le poids des responsabilités t'écrase et tu te fâches contre ton incapacité à réfléchir.


Prendre une décision éclairée dans ces moments-là devient une tâche impossible.


Contrairement à ce que les gens peuvent bien penser, ce n'est pas de la paresse. Il y a simplement trop de sensations, trop d'émotions, trop d'informations à traiter et ta boussole est complètement déréglée. Tu tournes en rond dans ta tête et ça t'en donne mal au cœur.


À travers tout le bordel qui se bouscule à l'intérieur de toi, sache que tu ne vaux pas moins, car ton cerveau joue parfois contre toi. Ta vision du monde est différente et ton hypersensibilité te permet de le découvrir d'une des plus belles façons qui soit.


Je sais que ça te met en colère de t'auto-saboter ainsi. De connaître tout l'étendue de ton potentiel et d'avoir l'impression de ne pas en faire quelque chose de concret.


Sauf que souvent, tu sembles oublier que le simple fait d'exister est un accomplissement.



- Loud.

122 vues0 commentaire

Comments


bottom of page