top of page

Parentalité & Santé mentale

Je suis une enfant de parents vivant avec des troubles de santé mentale. Ils n'ont jamais été diagnostiqués. Étant d'une autre génération, ils n'ont jamais demandé de l'aide. Si ça ne se voit pas, c'est que ça n'existe pas. Ce n'est pas normal d'être dépendant d'une pilule pour bien aller selon eux.


J'ai donc grandi exposé à leurs combats. Leur douleur et leurs crises, leur façon d'agir envers moi, tout ça a directement affecté ma façon d'agir, réagir et de fonctionner au quotidien. Et lorsque je tente de leur en parler, ils ignorent volontairement que leur incapacité à prendre soin de leur santé mentale à créer des traumatismes et des ancrages chez moi.


Sans te mentir, cette réalité-là, ça me fait peur. De savoir que mon enfance et ma relation avec mes parents vont directement affecter comment je vois le rôle d'un parent.


Je sais pertinemment que, même si je tente d'être le meilleur parent possible pour mon enfant, les chances qu'ils vivent avec des troubles de santé mentale sont assez élevées. Même si je fais de mon mieux, c'est hors de mon contrôle.


Car malgré que ce ne soit pas héréditaire, les études prouvent que la génétique a un rôle à jouer sur certains troubles tels que la dépression ou l'anxiété. Dans le cas de troubles comme le trouble de l'attention et de l'hyper activité (TDAH), les chances que l'enfant en hérite sont beaucoup plus élevées puisqu'il s'agit d'une condition neurologique.


C'est d'ailleurs une des choses qui me fait douter de mon désir d'avoir des enfants. Une partie de moi se sent prête à se lancer dans le vide, dans l'aventure d'être parent. Je sais que j'ai du bon à offrir à la prochaine génération. J'aimerais ça partager mes valeurs et ma vision de la vie.


L'autre partie de moi a tellement peur de venir briser ce petit être comme moi j'ai été brisée. J'ai peur d'être le genre de parents que j'ai eu et je m'en voudrais tellement. Ne pas être émotionnellement disponible pour mon enfant, faire des crises d'anxiété devant lui et devoir me gérer, car je ne veux pas qu'iel me voit comme ça. J'ai peur d'oublier les rencontres parent-prof, de signer son autorisation de sortie ou même de mettre sa fourchette dans sa boîte à lunch.


J'ai peur d'être l'enfant dont mon enfant aura à s'occuper en grandissant. Qu'iel ressente le besoin de m'encadrer, d'être le plus mature de nous deux. Comme j'ai eu à le faire avec les miens.


Je veux briser le cycle générationnel toxique dans lequel mes parents et moi avons été élevés. C'est beaucoup de pression, car je dois faire mieux que l'exemple qui m'a été donné.


Et je ne suis pas certaine de savoir par où commencer.




- Loud.

142 vues0 commentaire

Comments


bottom of page