top of page

Est-ce que l'anxiété peut vraiment contrôler ma vie?

Avant, elle se manifestait par une montée du stress, des battements du cœur de plus en plus rapide, une envie de pleurer, ne pas pouvoir envisager de solution au problème. Déjà à cette époque, les visites de mon anxiété n'étaient pas appréciées.


Depuis le mois de mai, mon anxiété a pris possession de mon corps en entier. Les crises sont rendues courantes. J'ai constamment le souffle court, des poussées de sueurs, des tremblements, des étourdissements, des trous de mémoire, un manque de concentration et une peur des endroits publics, c'est ajoutée récemment. Avant, elle était sournoise. Elle pouvait passer des semaines sans se montrer le bout du nez. Maintenant, elle est toujours là, prête à me frapper de plein fouet. Je ne peux plus rien faire comme avant, ma vie est dirigée par l'anxiété. Je vais faire des commissions, crise d'anxiété en plein Dollarama. J'essaie de vivre de beaux moments, je décide d'acheter des billets de spectacle pour un spectacle présenté le soir même au Centre Bell. Crise d'anxiété au moment d'acheter les billets.


Le métro...LE MÉTRO! Je pensais mourir. J'étais tellement étourdie, j'avais chaud, mes mains tremblaient, j'avais les jambes molles. Ça s'est calmé une fois le spectacle commencé. Il y avait 8000 personnes dans le Centre Bell, mais notre section n'était pas pleine à craquer. Une chance.


Je me vois mal passer le restant de ma vie cloitrée dans mon jumelé. Quoique, si je pouvais vivre de l'écriture, chose presque impossible au Québec, je le ferais. J'en suis rendu à avoir peur de sortir de chez moi, d'aller dans des endroits pourtant familier pour moi. Mon lieu de travail, l'épicerie, les restaurants, les magasins...


Jusqu'à quel point l'anxiété peut devenir nuisible? C'est quoi la prochaine étape? Me retrouver à l'hôpital à chaque crise parce que je vais avoir l'impression d'être sur le point de mourir? Non merci. Quoique, peut-être qu'enfin je serais prise en charge. ( voir le texte : "Ne pas avoir de médecin quand tu en as besoin") J'ai rencontré une psychothérapeute la semaine dernière, j'ose espérer que la thérapie va me ramener à une vie plus normale, une vie qui n'est pas guidée par la peur de faire une crise au moindre défi aussi minime que de sortir de ma bulle. Je veux pouvoir dompter cette grosse bête sauvage qu'est devenue mon anxiété. Je sais que c'est possible.



Virginie

Comments


bottom of page